3233 - mercredi 15 mars

Publié le par cécile

Jérôme est chez lui avec Laetitia. Il a passé la nuit dans le salon, il n’arrivait pas à dormir. Son gérant est venu hier, il a dit que s’il voulait il pouvait reprendre le boulot. Il ne veut pas retourner là-bas. Elle tente de le rassurer, n’importe qui aurait fait la même chose. Apparemment ce n’était pas un enfant de chœur, et il était fiché S. Kévin arrive et le défend, c’était son pote. Mais elle lui rappelle qu’il le connaissait depuis trois semaines. Pour lui elle est trop conne, il s’en va.

Djawad est avec sa tante, la mère d’Issa. Elle parle de son fils. Il était craquant. Barbara arrive. Djawad lui présente sa tante Zora. Elle lui adresse ses condoléances. Elle affirme qu’il parfumait ses vêtements, pour attirer les filles. Elle lui demande de lui dire qu’il va revenir.

Babeth rentre chez elle, Léa part travailler. Babeth est tombée sur une chieuse à l’hôpital, chambre 413. Léa voit très bien qui c’est. Elle est complètement obsédée par son boulot. Elle a voulu lui confisquer son ordi. Elle lui a planté ses ongles dans le bras. Elle lui conseille de l’éviter.

Jeanne est avec Vincent. Elle est stressée, elle a horreur d’être en retard. Il est sûr que ses copines ne lui en voudront pas. Mais les sorties entre filles ce n’est pas son truc. Il va à la chambre de commerce ce midi. Ils peuvent aussi passer par Pôle emploi. Ca le déprime d’y aller seul. Mais elle préfère son déjeuner que la salle d’attente de Pôle emploi. Elle ne peut pas les planter, ce n’est pas correct.

Abdel est au téléphone avec Eugénie. Son article est super. Céline est là. Elle demande s’il y a un souci. Comme elle a pu l’entendre tout se passe à merveille. Il sait qu’il est droit dans ses bottes, et c’est dans l’intérêt de son client. Son client est défendu par un arabe, on aura du mal à lui reprocher d’être raciste.

Babeth et Luna attendent Jeanne en terrasse, se demandant si elle va arriver. Elles se moquent d’elle. Elle arrive. Elles rigolaient. Jeanne leur demande ce qui les fait rire. Luna sort une blague mais cela ne la fait pas rire du tout. Elle ne doit pas rire des mêmes choses. Elles se tutoient. Elle ne se souvient plus de la dernière fois qu’elle a rigolé. Elles vont au restaurant.

La patiente pénible est dans sa chambre au téléphone. Léa arrive. Elle lui demande ce qu’elle veut, elle travaille. Elle vient prendre sa température. Elle est désolée pour son attitude, elle n’a pas toujours été très agréable avec elle, elle a un mariage à organiser et c’est beaucoup de travail et de stress. Elle a une douleur dans l’œil depuis hier soir. Elle profite qu’elle s’ausculte pour lui prendre son badge dans sa poche.

Lylou est avec Kévin au lycée. Issa est mort, elle s’en veut. Il a fait ce braquage juste parce qu’il voulait lui faire un cadeau. Mais il lui précise que c’est son père qui lui a tiré dessus. Elle lui montre le portrait de son père. Ils le font passer pour un héros. Pour lui son père n’est pas un héros, c’est Issa la victime.

Roland est au bar avec Blanche et Mirta. Lui il n’aurait pas tiré, il n’a pas de pistolet. Pour Mirta, quand ta vie est en danger tu dois être content de pouvoir tirer. C’est un mutirécidiviste. Il parait même qu’il se serait radicalisé. Blanche lui précise qu’elle pourrait au moins vérifier ses sources.

Jeanne discute avec Babeth et Luna. Jeanne essaie de raconter quelque chose qui l’a fait rire, mais cela ne les fait pas rire. Babeth tente de détendre l’atmosphère. Jeanne leur reproche de parler trop fort. Elle s’attendait à avoir des discussions un peu plus consistantes. Elle va y aller, elle a du boulot, elle ne sait pas pourquoi elle est venue. Elle se coince les cervicales.

Stéphane est avec Léa. Elle a perdu son badge, elle a cherché partout. Elle précise à la patiente que les cigarettes sont interdites. Elle sait où est son badge. Elle lui dira où il est mais elle a un service à lui demander avant. Elle refuse, puis accepte de savoir ce qu’est ce petit service.

Djawad est avec Estelle. Il va accompagner sa tante aux pompes funèbres pour organiser l’enterrement. Céline arrive, elle lui présente ses condoléances. Elle est prête à les représenter sans demander d’honoraires.

Léa essaie une robe de mariée, avec la patiente. Elle la prend en photo pour montrer à sa cliente. Nicolas arrive, elle demande comment elle trouve cette robe. Il lui demande d’expliquer. Elle est médecin, elle n’aurait pas dû se prêter à cette mascarade.

Babeth a réussi à décoincer Jeanne, seulement à la nuque. Jeanne leur propose un café. Babeth s’en va. Pour elle cela l’emmerde de passer du temps avec elles. Jeanne ne sait pas faire, elle n’a jamais eu de copines.

Jérôme est avec son patron. Il a du mal à se remettre de son geste. L’homme va tout faire pour l’aider. Il est un excellent vendeur. Pour lui c’est un peu tôt pour reprendre. Il lui propose de faire un essai et si cela ne va pas il rentre chez lui. Il viendra demain matin et ils verront. Kévin arrive. L’homme lui demande d’être là pour son père, c’est un type bien.

Jeanne parle à Babeth et Luna. Elle a passé sa scolarité en internat avec des pimbèches. Elle ne se liait avec personne. Elle n’est pas un cadeau, mais c’est un peu tard pour changer. Elle croit que c’est mieux d’arrêter les frais, elle va plomber l’ambiance. Luna trouve ça dommage. Pour Babeth, elle a un bon pour les blagues, et il y a forcément une déconneuse en elle.

Léa est avec Nicolas. Il lui demande ce qui lui a pris. Elle a voulu essayer une autre approche mais cela ne se reproduira plus. Soit elle se décide à les écouter soit elle change de profession. La médecine n’a pas besoin de gens comme elle.

Djawad est avec Estelle. Elle a tenu sa salle de sport aujourd’hui. Il ne reviendra pas à la salle. Il n’a plus envie de la croiser parce qu’elle ne lui a rien dit pour Issa.