2773 - merc 10 juin

Publié le par cécile

~~Patrick va voir Dorléac. Il a du nouveau, une page de l’agenda a été arrachée et l’autre tâchée. Il ne manquait pas de page. Quelqu’un du commissariat a voulu détruire une preuve. Il y aurait une taupe dans le commissariat. Pour elle tout le monde est suspect. Il a intérêt de vite trouver la taupe. Pour lui trouver l’assassin reste sa priorité. Djawad est avec Julio qui ne s’est pas réveillé. Il lui demande de se préparer et de se mettre au travail. Julio est embarrassé. Il va vite se préparer et montrer qu’il assure. Il ne prendra pas de petit-déjeuner. Pour le premier jour cela ne se fait pas. Estelle lui a amené une brioche au sucre. Djawad avait mis le réveil, il n’était pas en retard, c’était une blague et il a même le temps de déjeuner. Babeth est avec ses parents. Josselin ne peut plus rien mâcher, il a trop mal aux dents. Pour Babeth il faut faire quelque chose. Pour Yolande, il joue la comédie. Babeth ne voit pas pourquoi il simulerait. C’est pour qu’elle fasse payer les gens qu’elle soulage. Pour lui elle n’est qu’une égoïste. Babeth va l’emmener à l’hôpital, ils vont regarder son problème. Sacha est au parloir avec Stéphane. Il sait qu’il essaie de prouver qu’il est innocent. Il a l’intime conviction qu’il n’est pas coupable. Les choses vont bouger, il a obtenu que l’enquête soit rouverte. Il veut cerner la personnalité de Marine pour essayer de comprendre ce qui aurait pu se passer. Et ce tueur s’en est pris à sa famille. Il lui demande quel genre de relation il entretenait avec elle. C’était une garce. Ils s’amusaient bien ensemble et il a fait l’erreur de s’accrocher. Elle jouait avec lui, et il cavalait. Marine lui rappelait en permanence qu’il était vieux. Il a eu peur de la perdre et il a accepté de la partager avec un autre. C’était très glauque. Elle est peut-être tombée sur un partenaire violent. Djawad est avec Julio à la salle de sport. Il a tout nettoyé à fond. Il ne regrettera pas de l’avoir embauché. Il a plié toutes les serviettes. Ce sont des serviettes sales. Julio vérifie les serviettes sales et les propres. Djawad le laisse gérer. Wanda est avec Yolande. Wanda lui avoue qu’ils ont fait cela pour son bien. Pour elle ils ont fait cela pour s’enrichir sur son dos. On ne marchande pas un don qu’on a reçu. Elle doit aller installer son stand. Pour Wanda, elle vend des salades immondes et elle refuse de se faire payer pour quelque chose d’utile. Elle ne fera pas payer ses enlacements. Pour Wanda elle est bourrée d’orgueil, et elle n’a plus d’estime pour elle. Sacha est avec le compagnon de Marine, Anthony. Ils avaient une relation plutôt libre, les choses étaient claires, le sexe. Elle consommait les mecs. Pour lui l’assassin est Stéphane car il n’a pas supporté ça. Il n’a pas dû apprécier ce qu’elle lui a fait. Leurs relations c’était juste du sexe. Ils se voyaient à l’hôtel, toujours l’hôtel de l’Europe. Julio est avec une cliente. Elle trouve que ses serviettes sont sales. Il lui en donne une autre mais elle est aussi sale. Elle demande du désinfectant pour les machines. Elle préfère prendre ses précautions. Il lui montre comment fonctionne le spray et l’envoie dans ses yeux. Babeth est avec sa mère. Elle a besoin de méditer depuis ce matin. Babeth lui affirme qu’on va devoir arracher deux molaires à Josselin, il n’y avait quasiment plus de racine. Il va falloir des prothèses. Ils ne savent pas comment ils vont faire pour payer, il y en a pour 2000 euros. Ils ne pourront pas payer. S’ils avaient fait leur demande de CMU complémentaire cela leur couterait moins cher. Ils sont des parasites. Babeth est obligée de prendre dans ses économies. Ils n’ont pas le choix. Charles arrive à la soirée. Barbara et Francesco déchargent le camion. Ils lui demandent de les aider. Charles va faire le tour du propriétaire pour s’imprégner de l’ambiance. Wendy est avec la cliente. La maison va lui offrir une crème. Wendy lui demande de ne pas être trop dure avec Julio. Il sort de prison. On ne dirait pas un criminel. C’est un chic type qui a rencontré la mauvaise fille. Elle est morte. Julio connaissait très bien Elise, c’est son dernier petit ami, c’est le flic qui s’est fait avoir comme un bleu. Barbara et Francesco sont en cuisine. La jeune fille arrive et goute ce qu’ils font, les copines vont adorer. Ils ne savaient pas qu’elle était paraplégique. Elle s’y connait en cuisine et si elle n’avait pas été en fauteuil c’est le métier qu’elle aurait choisi. Josselin rejoint Yolande. Il souffre beaucoup. Il a des antalgiques à la codéine. Elle s’en veut de ne pas l’avoir cru. Elle est désolée. Il ne lui en veut pas. Elle croit qu’il a raison, c’est égoïste de ne pas faire profiter les autres de son don. Les gens ont besoin d’énergies positives alors plutôt qu’ils la paient elle plutôt qu’un charlatan. Babeth va puiser dans ses économies et ils pourront la rembourser. C’est important pour elle de ne pas vivre comme un parasite. Ils vont rembourser. Elle lui demande de ne plus lui mentir car cela lui a fait trop de peine. Ils s’aiment. Charles est avec sa cliente. Elle a été une bonne assistante. Elle trouve qu’il serait bien avec une perruque et des gants blancs. Il a trouvé un sac de bougies, ils pourraient en mettre un peu partout. Sa grand-mère accepte. Il va les chercher. Zoé est avec Emma au lycée. Sa mère ne veut pas qu’elle fasse la pétition pour son père. Emma lui demande de se battre, car à cause de sa mère elle ne voit plus son père. Zoé a vu un journaliste, il va peut-être l’aider mais cela ne va pas suffire. Dardenne sort alors qu’Emma la prend dans ses bras. Il voit qu’elle a un coup de blues. Il lui récite un poème. Il lui promet que la lumière reviendra pour elle. Zoé savait qu’il pouvait être cool. C’est le mec de la commissaire, si cela se trouve il sait des choses. Patrick est avec Babeth. Elle lui demande de lui parler du dossier. Quelqu’un du commissariat renseigne le meurtrier de Marine, il est possible qu’il soit l’assassin. Il n’a pas les éléments pour prouver que Stéphane est innocent. Elle insiste pour qu’il le fasse sortir mais il lui demande de ne pas lui mettre la pression. Francesco et Barbara installent les tables. Cela sent le brulé. Une pièce brule à l’étage. Francesco y va.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :