Episode 2613 du mercredi 29 oct

Publié le par cécile

Le braqueur armé au bar se montre toujours aussi menaçant. Il veut l’argent. JP demande à Thomas d’obéir. Il menace tout le monde et finit par s’en prendre à Estelle qui arrive et crie. Samia sort son arme et l’abat. Estelle est sous le choc tout comme Samia, le braqueur est mort.

Dorléac veut interroger Samia mais elle est en état de choc. JP donne sa version. Samia a pris l’initiative de tirer pour protéger Estelle. Estelle serait morte si elle n’avait pas utilisé son arme. L’arme du braqueur est en plastique.

Mélanie est avec Benoit chez lui. Elle a tout foiré avec Etienne. Elle n’a pas eu le courage de lui dire qu’elle l’avait trompé. C’était magique, et elle est partie sans explications. Il a essayé plusieurs fois de la joindre. Il lui conseille de le rappeler, de lui dire qu’elle était émue et qu’elle a mal réagi. Elle veut arrêter de lui mentir.

Blanche et Coralie sont chez elles avec un serrurier. Elles ont payé 300 euros pour changer la serrure. Pour Coralie, c’est à JF de payer. Blanche le défend, il n’a rien volé. Coralie insiste, elle va lui demander de rembourser la serrure mais pas de plainte. Coralie ne comprend pas qu’elle prenne autant de précautions avec lui. Elle a l’impression de le connaitre en écrivant sur lui. C’est comme si c’était un de ses proches.

Patrick est au commissariat avec JP. Samia va mal, elle n’a pas fermé l’œil. Il était marié et père d’une fille. Il avait 38 ans, chômeur en fin de droits. JP pense qu’il n’avait pas l’intention de tuer les gens, c’était un jouet. Et Samia va se faire interroger par Ferrand. C’est sa première opération sur le terrain depuis deux ans.

Yann voit Valentin. Yann sait qu’il s’est fait larguer par Amandine. Il l’a su par Margot. Il est désolé pour lui. Pour Valentin, ils ne sont pas les meilleurs amis du monde. Il s’énerve et s’excuse. Yann s’installe avec lui et discute. Yann lui conseille de ne rien lâcher. Il lui demande ce qu’elle lui reproche. Il ne sait pas, elle n’était pas super claire. Il lui conseille de ne pas laisser passer sa chance.

Mélanie rejoint Etienne en robe. Il a failli appeler la police. Elle le rassure, elle a dormi chez Benoit. Il pense qu’elle n’est pas prête à se marier. Elle affirme que c’était juste magnifique. Ce n’est pas de sa faute. Elle se met à pleurer, elle ne mérite pas qu’il soit aussi gentil avec elle. Il l’aime. Elle lui avoue en larmes qu’elle l’a trompé.

Coralie va au commissariat porter plainte pour violation de domicile avec effraction. Patrick la reçoit. C’est arrivé hier après-midi. Elle partage l’appartement de Blanche. Elles ont surpris le cambrioleur qui s’est sauvé en courant. Elle peut le décrire dans le moindre détail. C’était JF. Visiblement il voulait voler le manuscrit de Blanche.

Etienne est avec Mélanie. Elle s’est conduit comme une salope en couchant avec le premier venu. Elle le dégoute. Elle ne comprend pas ce qui s’est passé, elle était attirée par lui comme un aimant. Il lui précise qu’elle a tout gâché en faisant ça. Il voulait que ce soit romantique, magique, inoubliable, digne d’elle et de ses rêves. Elle l’a trompé et l’a laissé se ridiculiser jusqu’au bout. C’est minable. Il s’en va.

Valentin parle à Amandine. Elle ne veut pas l’obliger à supporter ses complexes. Lui ce n’est pas pareil, les gens ne se retournent pas sur lui dans la rue. Elle a honte et ne veut pas qu’il la voit nue. Elle a été tellement blessée et humiliée que ça ne changera jamais. Il lui propose d’arrêter de parler de faire l’amour et de recommencer comme avant. Il ne veut pas qu’ils se séparent. Elle sait qu’il sera mieux avec une autre et qu’il aura moins de problèmes. Elle finit par l’embrasser et s’en va.

Patrick est avec JF. Il lui passe un savon, il va bousiller sa carrière pour un livre. Si elle maintient sa plainte, il risque de gros soucis. Il va se faire muter si Dorléac l’apprend. Il doit aller voir Blanche, lui payer ses frais de serrurier et lui présenter ses excuses.

Babeth est chez elle avec Emilie. Emilie est trop contente de l’avoir retrouvée. Elle lui a manqué. Babeth n’a pas fait la machine. Elle ne se souvient pas de comment on fait. Emilie le faisait quand elle était amnésique. Babeth trouverait bien qu’elle le fasse, mais elle a déjà assez fait la boniche.

Mattéo va voir Mélanie, il voulait la voir. Elle pleure, elle a tout foutu en l’air et n’est vraiment qu’une salope. Il la console, ça va aller. Elle l’interdit de venir ici, tout ça c’est à cause de lui. Elle lui demande de la laisser tranquille, il doit disparaitre de sa vie.

JF remet un chèque à Blanche, il est vraiment inexcusable. Il était venu détruire son manuscrit mais il n’a pas pu le faire. Elle lui annonce qu’elle écrit ce manuscrit pour elle. Ce livre ne sera pas édité. Il a changé d’avis, il faut que les gens lisent ce livre. Il a commencé à le lire et elle parle de Sandrine comme il pense à elle. En la lisant il a pleuré. Il lui demande de publier ce livre. Elle le rassure, elles vont retirer la plainte. S’il a besoin de son témoignage pour son livre il est à sa disposition.

Patrick est avec Babeth et les enfants. Il félicite les enfants qui ont assuré ces dernières semaines. Ils sont fiers d’eux. Ils ont préparé une petite liste des tâches ménagères. Valentin doit passer l’aspirateur dans le salon.

Estelle et Djawad vont voir JP. Estelle a du annuler tous ses rdv. Samia est en train de se faire interroger par les bœufs-carotte. Il ne pense pas qu’elle sera inculpée pour homicide. Il regrette de ne pas avoir sorti son arme. Il a eu peur pour Thomas. Samia se fait interroger, sous le choc. Elle doit répéter plusieurs fois l’enchainement de l’action. Elle a du mal à parler. Pour Dorléac, il faut la libérer. Ferrand insiste, il n’a pas terminé. Cela fait presque deux ans qu’elle n’a pas fait de terrain. Son dernier entrainement de tir date de 3 mois. Cela la rend malade. Ferrand la rassure, dans deux ou trois semaines ça ira mieux. Elle va être mise en arrêt de travai et elle sera suivie par un psy. Dorléac s’isole avec Ferrand. Il ne sait pas si la légitime défense sera confirmée. Il a voulu la réconforter, on ne se remet jamais d’avoir tué un homme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :